AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
WELCOME TO ENARYA
Bienvenue sur LLTQ, forum fantastique où la magie des contes de notre enfance se mêle à un univers médiéval!
Pensez à jeter un coup d’œil aux annexes et aux scénarios pour faire plaisir à un de nos membres chéris ♥
N'oubliez pas que vous avez 7 jours pour terminer votre fiche.
PREMIÈRE INTRIGUE
LONG LIVE THE QUEEN s'est vêtu d'un chaperon rouge pour sa deuxième version,
avec elle la première intrigue du forum a aussi débarqué, n'hésitez pas à vous y inscrire ici
et de participer aussi à notre grande chasse au trésor pour faire gagner des points à votre royaume !
Profitez bien des festivités du Val du Joly et que la chance soit avec vous.
Long live the six kingdoms
N'oubliez de voter régulièrement sur les topsites
Mais aussi, remontez régulièrement le sujet Bazzart
pour attirer les futurs membres et faire vivre le forum
Flash infos
Merci de privilégier les royaumes d'Umm Ash-Shams et de Northcrown
ainsi que les habitants de Sailorland nous avons aussi besoin de bipèdes !
N’hésitez pas également à favoriser les personnages originaires d'Apple-Kingdom.

Partagez | 
 

DHÖRIN [~ HOT] Welcome Aboard ~ De la cour hivernale à l'esquif contrebandier.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Message
Mer 29 Juil - 19:05
avatar
Vous satisfaire est notre priorité.
Vous satisfaire est notre priorité.
ARRIVÉE A GLASSCITY : 29/07/2015
PARCHEMINS : 236
RESIDENCE : Gravite entre la Baie des Pirates au Cursed Lair (un lieu où se mêlent plaisir de la chair et ivresse) et le bateau pirate dans lequel il a été enrôlé.
FONCTION : Simple matelot sur un bâtiment contrebandier au drapeau noir squelettique.
HUMEUR : Changeante mais toujours sensuelle pour Veerja.
| | Voir le profil de l'utilisateur
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN

Traumatisé, solitaire, insatiable, gourmand, rêveur, froid, distant, discret, mystérieux, silencieux, nerveux, doux, sensuel, caractériel, impulsif, orgueilleux, joueur, charmeur, passionné, vif, attentif, observateur, juste, courageux, indomptable, casanova, flegmatique, charismatique, intelligent, sournois, rusé, combatif, volontaire, loyal.

J'aime le décrire comme le mélange parfait entre Derek Hale (Teen Wolf) et Christian Grey (Fifty Shades), sans le pack Salle Rouge des Horreurs du second.

En Dhörin sommeille un très mauvais garçon. S'il venait à être tenté par le Mal, peut-être il succomberait-il. Ne doutez pas de ses capacités à tuer. Il y a énormément de sentiments refoulés qui cherchent à se frayer un chemin jusqu'à son restant de coeur.

Un coup blanc, un autre noir. Sur lequel tomberez-vous ? C'est votre problème. Cependant, il aura toujours tendance à être plus doux avec les gens ayant marqué sa vie, son passé. Il reste du bon en lui. (J'me sens comme Padmé azy, Joffrey remets-nous du poison.)

- Il peut s'emporter très facilement.
- A tendance à passer son pouce sur ses lèvres lorsqu'il réfléchit.
- Ne supporte pas l'injustice.
- Est tout bonnement incapable de refuser un défi, tel Marty McFly dans RVLF.

NOM ◊ ICELANDIK – Né dans l'illustre famille descendante directe d'Elsa Ière grande souveraine d'Arendelle, Dhörin fut élevé à la cour. Il fut bien heureux de n'être que cousin du trône nordiste et non futur régent. La royauté ? Très peu pour lui. Il n'eut de cesse de rêver d'une vie d'épiques aventures. Il reste un Icelandik, donc vénéré dans le royaume de Northcrown. Même s'il demeure exilé des terres enneigées, son sang parle pour lui et clame de légitimité.

PRENOM ◊ DHÖRIN (BRYNJOLF)– Ce prénom lui fut donné par sa mère, décédée en donnant naissance aux jumelles cadettes. L'on ne connaît, ni sa provenance, ni sa signification. Il peut tout aussi bien porter le nom d'une plante laxative que nous ne le saurions jamais.

SURNOM ◊ Les gens de ce forum ont décidé de l'appeler Dhödhö ou Dhödhö, malgré son désaccord prononcé. Mais si cela ne tenait qu'à lui, on ne l'appellerait pas du tout.

AGE ◊  Trente-trois ans, vingt-cinq passés dans l'hiver puis huit en mer.

NAISSANCE ◊ Est né en l'an 1390, au printemps. Printemps hivernal et rude, comme tous les autres. Foutue neige.

PARTICULARITÉ ◊ Contrairement à la plus grande partie des membres de sa famille nordique suzeraine, il n'a aucun pouvoir de glace. Il s'en contrefout.

PAYS ◊ Dhörin provient de Northcrown mais a été exilé pour "trahison". La suite est toute aussi rocambolesque et débordante d'amour fleuri. Peut-être trop sûr de lui, Dhörin s'est retrouvé enrôlé sur un navire pirate à la suite d'une mise insolente. L'ancien tailleur de glace découvrit Sailorland et son azur dangereuse.

STATUT CIVIL ◊ Dhörin est un garçon incapable d'aimer. Il l'a été, autrefois, lorsqu'il avait encore une famille. Mais les épreuves de la vie durent rapidement l'habituer à la péremption des personnes. "Une personne aimée est une personne qu'on se donne le risque de perdre." Il aime les plaisirs de la chair et ne manque jamais une occasion de tremper le biscuit. Il n'est pas charmeur pour autant, (peut-être son côté bestial posé mystérieux qui fait tout l'boulot) et ne cherche pas à s'entourer de femmes. Il n'a pas la prétention d'être un mâle aux nuits rarement solitaires même si vrai, quand bien même. Il pourra s'attacher à une femme, mais ne lui montrera que durant ses propres périodes de passion, tels des spasmes qui arrivent d'on ne sait où. Mesdames, prenez garde !

ORIENTATION SEXUELLE ◊ Hétérosexuel, il l'assure.

MILIEU SOCIAL ◊ Etant le cousin germain direct (le plus proche génétiquement) de l'actuel Tsar/Roi/Dieu de Northcrown, Dhörin n'avait jamais manqué de rien. Enfance dans la forteresse de glace, l'assiette toujours remplie de délicieux mets et l'assurance de toujours avoir une bonne fourrure sur le dos. Malgré cela, il passa sa jeunesse à rêver de bateaux pirates, d'abordages, de flots perturbés par des Déesses antiques... Il n'aimait rien de la cour, ni ses us, ni ses coutumes.

SITUATION FAMILIALE ◊ Fils d'Eddhörin Brynjolf Icelandik et d'Agaarhä Brynjolf Icelandik (née Haälik). Orphelin de mère à l'âge de six ans, un père tombé dans le vice sous forme liquide qui délaissa alors le petit Dhörin et ses trois soeurs. Proche par le sang mais éloigné de ses cousins régents. Lorsque ses soeurs furent assassinées par la sorcière (voir histoire), le jeune Icelandik se retrouva seul, accusé d'un mal dont il aurait préféré être la victime. Ils emportèrent les trois cadavres mais également tout sentiment d'amour existant en Dhörin. Comme si on lui avait arraché le coeur.
Sa nouvelle famille reste son équipage, même si ceux-ci ne connaissent pas sa réelle identité.

CONTE & ANCÊTRE ◊ Reine des Neiges –  descendant d'Elsa d'Arendelle Ière
DHÖRIN
Il n'y a point de mal dont il ne naisse un bien.


Dernière édition par Dhörin B. Icelandik le Ven 7 Aoû - 23:40, édité 22 fois
Revenir en haut Aller en bas
Message
Mer 29 Juil - 19:05
avatar
Vous satisfaire est notre priorité.
Vous satisfaire est notre priorité.
ARRIVÉE A GLASSCITY : 29/07/2015
PARCHEMINS : 236
RESIDENCE : Gravite entre la Baie des Pirates au Cursed Lair (un lieu où se mêlent plaisir de la chair et ivresse) et le bateau pirate dans lequel il a été enrôlé.
FONCTION : Simple matelot sur un bâtiment contrebandier au drapeau noir squelettique.
HUMEUR : Changeante mais toujours sensuelle pour Veerja.
| | Voir le profil de l'utilisateur
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN


I'm falling to pieces
◊ Que pensez-vous de la reine actuellement au pouvoir qui détient le contrôle de la capitale, Glasscity? Que vous évoque son arrivée sur le trône? Croyez-vous les mauvaises langues qui suggèrent qu'elle aurait usurpé la défunte reine Blanche-Neige?
Je n'ai pas d'avis sur elle, j'sais qu'elle est assez mauvaise dans son genre. Sur le bâtiment, les gars se vantent de l'avoir détroussée, mais je sais que leurs déclarations ne sont que billevesées. Elle est plus crainte qu'autre chose. C'est elle qui nous rapporte le plus, elle est essentielle à la piraterie faisant étape à Sailorland. Ce ne serait pas bon pour nos affaires que de la perdre, cependant, je n'apprécie pas ses méthodes magiques et si ce qui se dit à son sujet est vrai, nous ferions mieux de la destituer au plus vite.

◊ On dit qu'une révolte se prépare en silence contre la reine d'Apple-Kingdom, avez-vous eu vent de la rumeur? Quelle est votre opinion là-dessus? De quel côté pencherez-vous?
C'est comme quand on dit qu'on va inviter cette vieille tante à souper, on le répète pour s'en persuader mais ne le faisons finalement pas. J'attends de voir du mouvement et si cela arrive je suivrai.

◊ Comment considérez-vous votre famille suzeraine? Est-elle bonne pour le pays selon vous? Entretenez-vous une relation spéciale avec ses membres?
Ma propre famille, plus de liens depuis certaines événements. Pas envie d'en parler mais ils sont bons pour le peuple, pas de soucis là-dessus.

◊ De quelle façon pourriez-vous décrire le royaume où vous résidez? La vie y est-elle plutôt tranquille, facile? Ou vivez-vous dans une galère de tous les jours que vous aimeriez quitter pour le faste d'un palais ou la beauté d'une autre contrée?
Très beau si on aime le blanc et le froid. Sinon je suis bien content d'en être parti !

◊ Quelle est votre opinion sur la magie? Pensez-vous qu'elle soit bénéfique? Ou au contraire qu'il s'agisse d'une oeuvre diabolique et qu'il faille organiser une chasse à la sorcière dans tous les royaumes?
La magie est l'arme des lâches. C'est tellement facile d'agiter un bout de bois pour tuer des gens. Je suis pour l'éradication de la magie.

L'enfance et son glaçage royal.

ARENDELLE – an 1396

Du haut de son marche-pied de bois, un petit garçon s'agrippait au rebord d'une fenêtre carrelée pour entrevoir la cour du château ensevelie sous la neige. Trépignant sur sa hauteur de trois pommes, Dhörin avait visiblement envie de rejoindre l'agitation somme des rires et cris d'enfants qui résonnaient contre les pierres de façade.

« Mère ? Pourquoi ne puis-je point aller jouer dehors avec Jormagg et les autres ? demanda-t-il le visage à moitié écrasé par la carreau glacé.
- Viens-là... dit-elle alors d'une voix douce, tendant le bras vers la chair de sa chair. Mon intrépide et survolté de fils. Souriante comme toujours et le visage illuminé par ses cheveux blonds dorés, Agaarhä contemplait avec bonheur son premier enfant. Celui-ci avait les cheveux en bataille et l'habit défait mais cela ne dérangeait guère cette mère débordante d'amour.
- Mais... rétorqua-t-il d'une voix traînante, je ne souhaite pas y aller Mère, je... »

La mine bougonne et les sourcils renfrognés, Dhörin semblait vouloir exprimer la plus grosse colère qui lui était possible de ressentir mais ses yeux rieurs faisaient acte de traîtrise. Attrapant entre le pouce et l'index le menton de son fils, la beauté faite femme ne pu retenir un rire cristallin.
« Il faut finir de te préparer, petit homme ! Elle se hâta de continuer voyant que la partie adverse préparait une autre salve de jérémiades. Et ! Nous ne devons pas être en retard ! Toute la famille doit être présente pour cette grande réception... Toute ! »

Abandonnant le minois de Dhörin pour aller chercher sa petite main, Agaarhä apposa celle-ci sur son ventre arrondi. L'enfant aux yeux bleus de saphyr n'osa plus piper mot et laissa un immense sourire se loger entre ses lèvres. Dhörin allait devenir grand-frère et il en était très heureux. Les forces alliées augmenteront prochainement de sorte que, plus personne ne pourra leur interdire d'aller jouer !

ARENDELLE – an 1404

« Räsqann ! Reviens ici ! »

Me voilà courant comme un damné pour rattraper ma chère petite sœur cadette, celle-là même qui n'a de plaisir que lorsque ma vie devient enfer. Je ne pensais pas il y a huit ans en arrière qu'un si petit nourrisson ferait autant de dégâts dès lors qu'il apprendrait à marcher et encore pire ; à parler. Non pas que je la déteste ou exprime à son égard une quelconque révulsion, mais je dois avouer que mon quotidien n'est plus aussi calme et serein qu'autrefois. Rapport au capitaine, échec de la quête, je peux encore moins sortir m'aérer.

« Dhödhör a une amoureu-seuh » clame-t-elle à en faire éclater ses poumons.

Je me stoppe net, quelques regards tournés vers moi dans le grand couloir, j'ai même l'impression que les portraits ancestraux rient de ma situation. Je tourne au rouge tomate et entre dans une colère noire.

« RÄSQANN !!!!! » Je me précipite sur ma proie momentanément arrêtée à l'angle annonçant la fin de se même couloir, elle ne bouge plus, cible facile.
Arrivé sur elle, j'arrache d'entre ses mains le bout de parchemin qu'elle m'avait précédemment volé puis, triomphant, je porte mon regard vers l'ennemi désarmé.

« Eh bien ? On ne dit plus mot ? Quelqu'un vous a rendue muette petite sœur ? »

Je savoure l'instant, fier de moi et de ma rapidité sans faille. Faisant comme si j'avais bel et bien remporté la course du siècle avec tout le mérite imaginable. Puis, sortant de ma torpeur engluée par l'orgueil qui envahissait peu à peu mon être, je remarque l'expression sur le visage de Rasqänn. Ses yeux noirs sont vides mais fixes, je dévie la tête en la direction de ce qui détourne son attention de moi.

Les soigneurs de la cour sont là, tous agglutinés devant la porte de la chambre de Mère. Un frisson parcourt tout mon dos jusqu'à ma nuque, je prends la main de Räsqann, certain que nous en aurons besoin l'un comme l'autre.



L'après Agaarhä Brynjolf.

LES CUISINES DU CHÂTEAU D'ARENDELLE – an 1405

Olga Beinfaïn était connue de toute la cour d'Arendelle pour son excellente cuisine ainsi que pour ses recettes dont elle seule avait le secret. Elle disait souvent : « Celle-là, elle ira avec moi dans la tombe, je te le garantis mon mignon ! »
Et comme à chaque fois, d'un doigt massif et expert, elle essuyait le restant de pâte et l'envoyait illico presto dans sa bouche pulpeuse mais ô combien grasse. Dotée d'un corps à en faire pâlir les plus massives, énormes, gargantuesques statues antiques et d'une pilosité que l'on n'expliquera jamais, Olga avait toujours fort à dire en matière de cancans. En effet, la chef du château avait pour notoriété certaine d'être LA personne à laquelle il fallait s'adresser si l'on nourrissait l'envie de découvrir les multiples secrets d'Arendelle et de sa cour. Qui avait rejoint la chambre de l'autre ? Combien avait-on soudoyé le garde dans la Tour de Guet afin que personne ne découvre qu'en fait un fameux valet rendait visite à son amant la nuit, dans les bois adjacents ? Ou encore : que ce passait-il dans la famille Brynjolf depuis la mort d'un de leur membre ?

Cette question était justement celle sur laquelle Olga s'attardait désormais, la bouche pleine d'une confiture colorée que personne n'aurait eu le temps de goûter de toute façon. Entourée de quelques servantes avides de nouvelles, elle se complaisait devant ce public affamé de ses mots. Elle posa l'énorme cuillère en bois sur son plan de travail, poussa le pot redevenu vierge (non pas par choix) et entama sa pléiade.

« L'on raconte que le frère du Tsar, veuf comme vous le savez... elle commença à tapoter de ses doigts sur le marbre, savourant ce moment où elle devenait le centre des attentions, l'oeil brillant. S'est complètement refermé sur lui-même, délaissant les quatre petits. Elle afficha alors une mine triste très vite estompée par son récit inachevé. Pauvres enfants, sans mère désormais et sans père... elle se mit tout à coup à chuchoter. Grunke, le cocher, m'a raconté qu'Eddhörin passait ses journées à la chasse ou à la taverne. Tttt, tttt, tttt... »

D'une manière qui lui était propre, Olga fit claquer sa langue contre ses dents en gage de désapprobation. Les servantes accoudées telle des enfants attentifs à la plus passionnantes des histoires se jetèrent un regard compatissant. Les cordes vocales reposées, les yeux d'Olga sondaient hâtivement la pièce à la recherche d'une nouvelle victime. Coupant finalement un saucisson à l'ail sans même regarder ses mains, elle reprit le fil de son histoire.

« Je n'ai pas eu l'occasion de voir ces pauvres orphelins, n'oubliant pas d'accentuer les syllabes des deux derniers mots, Olga logeait déjà dans sa bouche, une tranche rose vive de charcuterie odorante. Cheu dirrais même qu'il est foorrt propable, gloups, que ces petits finissent traumatisés. » Conclue-t-elle en agitant le saucisson, comme appuyant son argument.

« Et le plus grand ? » demanda la plus maigrichonne des deux servantes.

D'un geste solennel, la main boudinée d'Olga reposa le saucisson à l'ail sur son torchon froissé et lança un vif coup d'oeil derrière son épaule en direction de la porte de service, par crainte d'être entendue ou plus certainement afin d'ajouter du piment à son conte.

« Le petit Dhörin ne parle quasiment plus. Moi qui l'ai connu vif et débordant d'énergie, c'est un peu comme s'il était mort avec elle. » La cuisinière potelée n'avait plus sa verve habituelle, d'un calme étonnant, elle commença à ranger le débarras qu'elle avait causé devant elle et indiqua à ses interlocutrices que la séance était terminée.

Elle ne se doutait pas qu'une jeune oreille avait tout écouté, au détour d'une balade dans les couloirs. Dhörin laissa couler les larmes sur ses joues, les poings serrés. Ce ne fut qu'à la chute de l'une d'elles sur le tapis qu'il quitta son poste d'écoute.

CITÉ D'ARENDELLE, UNE MAISON  – an 1415

Des images maudites. Un souvenir qui embourbe mon âme. Comme le plus déroutant des songes d'une nuit d'hiver. On toque à ma porte tandis que le soleil disparaît peu à peu, le ciel tourne déjà à l'orangé. Je m'approche de la porte, l'ouvre et reste décontenancé. Toujours comme une illusion dont je ne me réveille pas, stoïque, voilà que me fait face une vieille mendiante. Je la pense sans-le-sou au regard de ses vêtements en haillons, son bout de tissu usé à capuche et ses doigts noirs comme le plus enhardi des travailleurs. Son visage est tuméfié par les rides que je n'ose compter, ses yeux sont aussi gris que ses cheveux que je devine extrêmement longs.

« Un abri... pour cette nuit... mon bon Monsieur.. »

Sa voix est traînante et raillée, elle tend vers moi une de ses mains maigres et tâchées par le temps. Par réflexe, sans réfléchir, je prends cette main tendue mais suis tout à coup parcouru par un intense frisson qui s'établit de ma nuque jusqu'à la fin de ma colonne vertébrale.

« REVELET DEUS ABSCONSE TUA »

Je ne sens plus mon corps, je ne sens plus, ni ma main, ni la sienne. Ma tête est lourde, je ne comprends plus rien. Ce n'était plus la même voix, comme si elle était habitée par un tout autre être. Ma gorge bourdonne à m'en faire mal. Je me vois la faisant entrer, elle sourit et referme la porte. Elle pointe ma table taillée dans le bois brut, je m'y installe totalement à sa merci. Elle n'abaisse pas sa capuche noirâtre et m'offre le plus malsain des rictus tandis que je commence à parler. Je m'entends.

Je suis en train de lui dévoiler des secrets dont je ne connaissais même pas l'existence, je lui dévoile des failles dans la surveillance du château. Je lui parle des goûts de certaines personnes qui me sont proches. Je ne peux bouger. Je ne sens plus mes bras qui tombent autour de moi, pendants. Je suis assis sur le tabouret sans l'être, je ne contrôle plus aucun de mes membres. Je suis entré dans une transe dont la seule issue me semble être la mort. J'ai mal à l'intérieur. Je continue mes aveux. Räsqann, Elyanä, Fluviaä... Pourquoi me fait-elle parler de mes sœurs ? Son sourire s'élargit, ses yeux sont animés par un démon que je ne saurai nommer. Je sens des larmes naître sous mes yeux, mes pommettes s’humidifient au fil de mes mots. Je suis en train de condamner mes trois sœurs.

Elle sait comment les approcher, elle connaît leurs maux, leurs activités nocturnes. Et je sais que je ne les reverrai plus.



Exil, piraterie et homme-poisson.


« Le traître à son sang Dhörin, fils d'Eddhörin Brynjolf Icelandik, est dès aujourd'hui condamné à l'exil. Il est à ce jour, chassé des terres de Northcrown pour sa complicité dans les meurtres d'Elyanä Brynjolf Icelandik, de Räsqann Brynjolf Icelandik et de Fluvia Brynjolf Icelandik.
Dhörin Brynjolf Icelandik, faisant couler le sang divin, je te bannis. »


Les dépouilles de mes sœurs ont été retrouvées les unes à côté des autres devant les portes du château. Les yeux exorbités et les gorges tranchées, chacune allait de sa marre de sang. Leurs peaux étaient d'un gris verdâtre qu'il serait difficile de reformer même avec toute la peinture de l'univers. Les deux jumelles avaient les visages semblables complètement recouverts de sang, comme un masque jeté sur elles. Quant à Räsquann, il m'avait été impossible de la regarder plus d'une demie seconde tant la douleur me fut insupportable.
Que s'était-il passé pour que je sois condamné ainsi ? Je l'appris assez tôt, enfermé dans les geôles du château où j'avais grandi.

« On a retrouvé le parchemin, tu es fini. »

Quel parchemin ? De quoi parlait ce garde ? Je ne comprenais pas.
Mon père ne vint jamais me voir, je fus enfermé pendant deux longues semaines sans explication, tentant d'expliquer ce qu'il s'était réellement passé ce soir-là, ne pouvant faire mon deuil en sachant que j'avais été vilement piégé. C'était un cauchemar aux goûts les plus infâmes. Ma prison était faite de pierres froides glacées, mon seul comparse était un lit en bois trop fin pour quiconque souhaiterait refaire un jour usage de son dos et la saleté environnante s'était rapidement installée sur moi. Pas de bain pour les prisonniers. La barbe longue et les doigts aussi noirs que ceux qui m'avaient ensorcelés quelques semaines auparavant. (Cette image me donnait systématiquement la nausée.) Et mes seuls visiteurs avaient été Olga la cuisinière obèse qui m'apportait quelques pâtisseries en douce (elle, me croyait et savait que je n'aurais pas été capable d'une telle chose autrement que soumis par la magie) et un compagnon tailleur de glace, Milorff, que je considérais comme mon plus grand ami ; le seul d'ailleurs.

« Dhörin... commença-t-il la mine maussade. Tu aurais écrit toute une lettre adressée au meurtrier en lui indiquant toutes les informations possibles et imaginables sur tes sœurs, y aurais apposé ton sceau puis signé à la plume. C'est l'encre retrouvée chez toi qui a servi à l'écrire, c'est également la même écriture que la tienne... il me regarda désolé. Quelqu'un a bien fait son boulot... » Il baissa les yeux vers mon pied attaché au mur par une cheville de ferraille, je ne répondis rien.

En effet, cette sorcière avait très bien fait son boulot.


VOYAGE DE NORTHCROWN VERS WHITEPEARL – an 1415

Dhörin fut escorté en traîneau par des gardes d'Arendelle jusqu'aux abords de la Mer du Silence. Là-bas, l'attendait Milorff son ami aux immenses pieds. Milorff Karkara était fils de tailleur de glace et travaillait depuis son plus jeune âge dans l'affaire de son père. Les cheveux roux foncés faisaient la signature de cette famille dont on ne pouvait mesurer l'ossature. Dhörin s'était d'ailleurs plusieurs fois demandé si son camarade n'avait pas dans ses gênes quelques traces de Géants ou d'une toute autre race gargantuesque encore méconnue. Il ne s'attarda pas sur la question cette fois-là, trop accablé par la fatigue.

Le voyage avait été rude, tout comme les adieux à Arendelle et au groupe de personnes venues lui dire au revoir tandis qu'il montait dans le traîneau, les mains liées par une corde usée. Oui, Dhörin avait toujours espéré quitter ce royaume, cette enceinte... mais pas de la sorte. Il se souviendra pour l'éternité des larmes de ces servantes dont la loyauté l'avait heurté au cœur. Bien sûr, il n'avait pas compris que celles-ci déploraient l'exil de ce si beau jeune homme dans la fleur de l'âge. C'était en effet un jour de deuil pour les demoiselles de la cour. Beaucoup espéraient pouvoir attirer son attention et ce, même lorsque Dhörin était enfermé dans les geôles. Celles-ci se bousculaient, selon Olga Beinfaïn, pour apporter sa nourriture au prisonnier. Quant aux membres restants de sa famille, aucun d'entre eux ne s'afficha devant l'attelage prêt à partir. Certains durent le plus discrètement possible observer la scène le cœur serré par un carreau embué, d'autres devant le parjure de la situation, ne s'en donnèrent pas le droit. La majorité d'entre eux croyaient la version de Dhörin mais la décision fut prise et les lois étaient telles qu'elles étaient. Froides comme la neige.

Il s'en était donc allé, quittant pour toujours son terrain de jeu d'enfant, les couloirs dans lesquels ses sœurs et lui jouaient en riant. Ce lieu où sa mère le mis au monde puis d'où elle le quitta. Peut-être que si cela n'avait pas été le cas, si elle avait survécu à la naissance des jumelles, peut-être alors ne vivrait-il pas pareil calvaire ? Peut-être mangeraient-ils tous ensemble devant un grand feu en se racontant des histoires de loups sauvages mangeurs d'homme ? Son père l'aurait peut-être même regardé. Juste un regard. « Montre-moi que j'existe... ». Il n'était pas là non plus, dans la cour du château. Dhörin avait tout de même lancé quelques oeillades autour de lui, au cas-où. Le cœur arraché, il constata qu'aucun adieu ne lui serait possible.

« Mon pauvre vieux... »

Les gardes détachèrent enfin Dhörin, libérant ses poignets tuméfiés par la corde gelée. L'on avait tout de même nettoyé l'exilé, lui coupant la majeure partie de sa barbe et le nettoyant. Il restait un Icelandik, bien que considéré comme traître. Légèrement amaigrit, le cousin du Roi avait connu des jours difficiles enfermé dans sa prison de pierre et la brise marine ravivait quelques sensations mortes au fond de lui. Milorff s'approcha de son ami et le prit dans ses bras, sans que celui-ci ne bouge ou ne réagisse ce qui ne l'étonna pas. Il connaissait Dhörin et sa manière d'être. Lui aussi était froid comme la neige.

Les gardes ne demandèrent pas leur reste et repartirent aussitôt sur le traîneau, personne ne prit la peine de leur adresser un regard. Restaient seulement quelques affaires de Dhörin sur le sable, certainement le strict nécessaire. Le fils Brynjolf se frotta les yeux avec lassitude ou peut-être était-ce le reflet du soleil sur l'eau.

« Merci d'être là, d'avoir été là. Dhörin leva les yeux vers son ami, ceux-ci trahissaient sa gratitude, brillants malgré son visage envahit de découragement. Les joues creusées et les épaules affinées, on pourrait lui ôter quelques années au compteur.
- Mais je t'en prie, c'est normal. Je ne vois d'ailleurs, même pas pourquoi tu me remercies. » Milorff cligna de l'oeil avec amusement, tous deux étaient réellement proches ou du moins, aussi proche qu'on peut l'être de Dhörin Brynjolf Icelandik.

Milorff avait donc attendu l'exilé sur cette plage, gardant un petit bateau qui ne payait pas de mine mais qui visiblement tiendrait le voyage. Son bois était clair mais massif et ses deux voiles les guideraient sans nul doute à leur destination.
Le tailleur de glace souleva sa sacoche de cuir et en sortir une épaisse carte qu'il déroula sur un rocher plat à quelques mètres de lui. Dhörin s'en approcha afin qu'ils la consultent tous deux.

« Bon, comme on a dit, on met voile vers la côte ici, il pointa du doigt un début de rivage non loin des massifs montagneux de Dwarhame, on contourne l'eau maudite – et je te prie de me croire que nous faisons bien – puis tu seras réceptionné par mon cousin et son équipage jusqu'à ce vous arriviez sur Whitepearl. Je pense que vous en aurez pour deux bons jours.... Il se stoppa tout à coup. Mais tu es sûr de vouloir te rendre là-bas ? Je veux dire... Tu connais les tensions entre les seigneurs de Sailorland et les tiens, un Icelandik là-bas...
- Ne t'en fais pas pour moi, répondit Dhörin avec une neutralité déconcertante, fixant la carte. Visiblement, il était sûr de son choix.
- Bon. Milorff enroula la carte et la lui tendit. Est-ce que tu as de l'argent au moins ? Une bourse ? Quelque chose ? »

Dhörin leva les yeux vers lui et se mit à sourire. Sans un mot, il sortit une énorme bourse de cuir d'une de ses poches puis clama :

« Allons... je suis un Icelandik ! »

SAILORLAND, BAIE DES PIRATES, CURSED LAIR  – nuit de l'an 1420 [HOT]

« Allez ! Viens ma mignonette ! »

Encore ce vieux pervers de Crogg-Le-Talon, avec ses dents noircies et son œil de verre. Il est tout simplement dégoûtant. Je lance un regard au patron, il insiste du sien d'un œil avide. Je n'ai pas le choix, je m'approche du vieux cageot et m'installe sur ses genoux. Je peux sentir le départ de sa jambe de bois qu'il fait sautiller sous mon fessier. Je ne supporte pas cet être.

Je m'appelle Siham, je n'ai pas de nom de famille. Depuis l'enfance je suis donnée aux hommes dans cette maison et gagne mon pain ainsi. Ce n'est pas mal payé, je n'ai connu que ça et m'en suis accomodée au fil du temps. Parfois les hommes sont gentils, d'autres ne le sont pas du tout. Mais le client est roi, c'est ainsi. J'ai l'habitude de l'haleine mélange de rhum et de tabac mouillé, du claquements des chopines et des éructations des mâles repus.
Nous leur servons à boire, à manger et nous occupons du « dessert ». L'étage sert à ça. Nous sommes là pour ça. Mon corsage est abîmé par les tirs des hommes sur le tissu, mes lacets sont en piteux état, à la limite de l'éclatement. Il faut dire que j'ai une poitrine plutôt généreuse, la plus grosse de toutes les filles. C'est sûrement pour cela que je suis la plus chère et la plus courtisée. Les mains de Crogg sont sur moi, je feins un sourire complice mais ma seule envie est de lui couper ce avec quoi il me touche. Il boit d'une traite son whisky et continue de raconter son histoire, une blague idiote à laquelle je ne prête pas oreille.

Non loin de moi, à la table du fond, est installée une partie d'équipage d'un des plus fameux pirates ici-bas. Je remarque qu'à leur table pourtant toujours pleine, reste un tabouret vide. Je suis surprise et observe avec un peu plus d'attention la scène. Sur la table : un tapis de jeu, des dés et des gobelets de bois.
Nul doute qu'une partie se prépare.

Leurs regards s'intensifient tandis que certaines tables alentours se taisent, pas toutes évidemment, le silence dans le Cursed Lair est un mythe qu'aucun être vivant aura la chance de connaître. Je me décide à suivre les regards et hoquette de surprise. A la porte se trouve un homme, pas seulement un homme, un très bel homme. Grand, les yeux me semblent-ils bleus ? Une chevelure dans laquelle mes mains iraient bien s'agripper et un corps à m'en faire perdre la vue. Qui est-il ?

[…]

« On a raté son coup ?... » Lui demandai-je, m'approchant de lui à pas de velours. Accoudé au bois du balcon, il observe la baie dans le silence de la nuit, la mine maussade. Il ne me répond pas mais tourne la tête vers moi, observe ma poitrine saillante rapidement puis me répond enfin :

« C'est le jeu, j'ai misé, j'ai perdu... je suis étonnée par son sourire, on dirait presque qu'il en est heureux. Je suis pirate, qui l'aurait cru ? Il se met à rire tel un enfant, je me prends à sourire face à ce spectacle.
- Pirate ? Il vous a enrôlé suite à votre défaite ? » Je ne suis pas étonnée, je me rapproche un peu plus de lui, me mettant face à lui et dans ma posture la plus séductrice possible sans pour autant être vulgaire. J'espère que mes yeux noisettes sont bien brillants au moyen des lampes à huile.

Il répond à mes prières, évitant ma réponse et prenant d'assaut mes lèvres. Je sens le goût des siennes, cette-fois, pas d'haleine putride ni de relent quelconque. C'est un homme propre sur lui qui est en train d'offrir une danse des plus sensuelles à ma langue. Je suis tout contre lui, serrée par ce corsage que j'aimerais le voir m'ôter.

Sans doute sera-t-il parti en mer demain, mais je n'oublierai jamais cette nuit. Ni ce nom que j'ai pris plaisir à crier :

« DHÖRIN !! »


Par soucis de contexte et en attente d'un potentiel lien, je ne donnerai pas de nom, ni de caractéristiques physiques au capitaine de Dhörin. Je changerai l'intégralité de ce passage lorsqu'un visage pourra y être convenablement décrit.

Mes heures à tailler la glace étaient bien loin désormais et je n'étais plus ce même homme condamné pour un crime dont il n'était pas le fomenteur. Mes débuts dans la piraterie furent assez incongrus, je n'eus pas de mal à m'intégrer à l'équipage bien que certains d'entre eux aient tenté de me faire fuir. A les entendre, mon courage et ma détermination avaient suffi à les convaincre de ma bonne foi : je voulais être l'un des leurs. Bien entendu, on me confia les basses besognes telles que le cirage du ponton de long, en large et en travers, ou de bâbord jusqu'à tribord sous le soleil carnassier. C'était également à moi, simple moussaillon, d'apporter leurs repas au maître d'équipage ainsi qu'au Capitaine dans leurs quartiers respectifs. J'étais un peu le bizut de la bande mais ce goût d'aventure, ces mers colorées et ces compagnons hauts en couleurs me faisaient oublier l'ingratitude de ma situation. Beaucoup aimaient également me rappeler l'échec cuisant que j'avais essuyé au 'Jeu du Menteur' face au Capitaine cette nuit-là.

Lui comme moi continuions à alimenter cette relation basée sur une compétition qui ne se tasserait jamais. Il était d'ailleurs fort probable qu'un témoin oculaire nous imagine complices et ce ne serait pas tellement faux. La seule personne à connaître mon identité, mes origines et le pourquoi de mon exil était ce même capitaine.
Un soir, après une intense journée de travail durant laquelle j'avais servi de commis au maître-queue du navire, il vint me voir tandis que les autres jouaient à l'arrière de la cale. La nuit était tombante et fraîche...

« Regretterait-on d'être ici ? me demanda-t-il tout en s'approchant de moi, s'accoudant d'un seul bras à la rambarde contre laquelle je me tenais. Je tournai la tête vers lui, étonné de cette approche en contraste total avec nos échanges jusque lors. En cette nuit étoilée, seules les vagues pouvaient nous entendre.
- Non mon Capitaine, jamais je ne regretterai ma présence ici. Ma voix était claire, ma gorge ne trahissait aucunement un sentiment d'incertitude. Toujours armé de mon flegme légendaire. Je songeai un instant, que ce trait de mon caractère amusait quelque peu mon interlocuteur et Maître. Je pense même que je devrais vous remercier. Je lui lançai un regard amusé, il en fut décontenancé.
- Me remercier ?»

Le timbre de sa voix me rappela sa jeunesse impudente. Comment un homme d'à peine mon âge pouvait-il être déjà capitaine ? Ce n'était pas comme cela qu'étaient décritd les commandants de navire pirate dans mes livres. J'étais comme fasciné par la bravoure que je lui imaginais. Visiblement gêné par mon regard insistant, peut-être sentait-il que je le perçais à jour, il reprit le fil de notre conversation.

«Vous savez, je me doute bien que vous cachez des choses, 'Dhörin'... il accentua la prononciation de mon prénom d'une telle manière que mon coeur rata un battement, non pas d'une émotion aux attraits romantiques (oh que non!) mais plutôt d'une peur sans nom et sans visage. Qu'allais-je faire si j'étais tout à coup découvert ? Bien que martyr, deviendrai-je otage et clé d'une rançon dont jamais personne ne paierait le prix ? Car c'était bien cela ma plus grande crainte et je n'avais pas besoin de me rappeler à mes anciens démons. Mais ce n'est pas pour autant que je vous demanderai de me dire ces choses. Bien que votre accent, votre manière de vous tenir ainsi que votre vocabulaire révèlent une esquisse de vos origines. » Tout mon corps devint pareil à la glace que je taillais quelques mois plutôt, paralysé et immobilisé par une science inexacte.

Nous étions restés tous deux contre cette poutre de bois salé et rongée par les eaux, silencieux. Je ne pouvais imaginer ce qu'il se passait dans la tête de mon capitaine en cet instant mais je savais fort bien ce qui affolait la mienne. Mes dernières confessions m'avaient été fatales ou du moins, l'avaient été pour des personnes chères à mon coeur... Cette pensée me fit déglutir, je ne remarquai pas son regard en coin grâce auquel toutes mes expressions lui étaient visibles. Je sentais au fond de moi qu'il m'était possible de parler, de lui parler. J'osai enfin, me libérant d'un poids trop lourd.
A mon grand étonnement, plutôt que de rebondir sur mes aventures macabres, le Capitaine du bateau sur lequel j'avais été enrôlé suite à un jeu de dés, me conta son histoire et je remarquai de nombreuses similarités. Depuis cette nuit-là, un profond respect mutuel que nous avions préféré taire d'un commun accord s'était installé entre nous. Nos destinées n'avaient pas été semblables mais nous nous retrouvions sur le même bâtiment, voguant côtes à côtes à quelques grades près.

Je ne pensais pas avoir un jour à défier son autorité, je n'avais pas imaginé pareil scénario et pourtant il eut fallu un homme des mers, une créature marine pour que je mette sa confiance à mal. Mais je n'avais pu me retenir, comme poussé par le vent, cette houle du destin.

RIVE DE SAILORLAND – nos jours, an 1423

« On en a attrapé une, mon capitaine ! »

J'avais espéré qu'après trois longues années à bord de ce navire et dans cette contrée, que peut-être mon organisme ce serait enfin acclimaté à la chaleur bourdonnante de Sailorland ?! Mais il n'en était rien. Mon corps s'était formé sous du -22 degrés et il était évident que ma glace intérieure refusait de fondre malgré mes supplications insistantes.
Visiblement, les gars avaient pêché une des créatures qui peuplaient les fonds marins non loin de la plage où nous avions pour habitude d'accoster. Plage qui menait à la Baie et où j'aimais rejoindre Siham. Cette superbe courtisane qui réveillait en moi une bête avide, nuits après nuits. Cependant, malgré ses efforts acharnés, il m'était impossible de lui offrir plus que nos plaisirs nocturnes. Je cessai de penser à mon 'amie' pour rejoindre l'attroupement à tribord, quelque chose avait comme qui dirait mordu à l'hameçon.

Au cours de nos différentes aventures, je compris la dualité de mise entre les habitants des fonds marins et les pirates qui avaient colonisé leur domaine. Je comprenais les deux camps, la civilisation entraînant un besoin de développement par la monétisation et d'autre part le peuple naturel des océans qui n'avait rien demandé à personne. Une part de moi-même était bien plus sensible au sort de ces pauvres créatures qu'au potentiel appauvrissement de monde boucanier. Lorsque l'équipage s'en allait pêcher ou selon leurs termes : 'chasser' de la sirène, je restais à l'écart, ne cautionnant point du tout ces manières-là. Je n'étais pas un de ces défenseurs de la nature qui suçaient des cailloux ou mangeaient des racines en signe de révolte, mais l'injustice m'était toujours aussi désagréable et amère.

Je m'approchai donc de leur prise et restai estomaqué devant le spectacle qui s'offrait à moi. Je m'attendais à une des naïades dangereuses dont parlent tant mes récits d'enfance (je ne pus en voir que très peu depuis mon arrivée, celles-ci devenues fuyantes selon le Capitaine), mais me faisait face un homme, comme vous et moi. A un détail près, presque anodin dans ce monde coloré : sa queue écaillée. Je restais admiratif devant ce qui pour moi était un chef-d'oeuvre, mais évidemment,  ni mon visage, ni mes yeux ne trahissaient mon excitation. Je restais impassible, insensible et c'était tout le contraire.

« Attachez-moi cette créature des mers et arrachez-lui quelques écailles. »

Je fis volte-face. Le capitaine s'était posté derrière moi, une main sur son épée et l'autre sur son flanc. Il observait la 'bête' avec délice et un profond sentiment de déception s'empara de moi. Mon attention se recentra sur l'homme-poisson, il se débattait avec peine.

« Nous avons besoin de ces larmes, alors ne lésinez pas sur les moyens. »

Les mots de notre chef me firent fermer les yeux, je n'assumais pas ce qui était en train de se passer. Je ne tolérais pas une telle barbarie, il ne nous avait ni attaqué, ni menacé de quoique ce soit. Puis il y avait ce regard d'un bleu assourdissant. Comment faire du mal à une personne à l'aura aussi puissante ? Aura ? Oui cela devait être ça. Il y avait quelque chose chez cette créature qui m'intriguait grandement et je pus continuer de l'observer jusqu'au sommeil du jour, de loin et sans me faire remarquer. Entré dans les bonnes grâces du Capitaine, il était bien impossible que je sois craint pour toute forme de rébellion mais c'était sans compter sur mon impulsivité renommée et détonante.
Armé d'un couteau très aiguisé (par mes soins au cours de ce jour), je m'approchai du mât auquel il était sévèrement attaché. Sa nageoire était éclatée par endroits, vestige d'une bataille inégale à laquelle se sont adonnés mes compagnons de fortune sans aucune compassion. Je restais là à l'observer pendant un court instant, profitant du calme de la nuit et de mon rôle de veilleur. Le torse de cet homme était très musclé, fort bien dessiné et j'en fus légèrement ulcéré. Non pas que je m'imaginais l'Apollon suprême, mais je pensais avoir un corps assez agréable et ce gars-là m'en fit douter ardemment. Mes yeux se posèrent sur ses poignets liés par des cordages certainement trop serrés et cette vision me rappela mon séjour dans les geôles de mon propre château, ce qui me fit m'approcher que plus hâtivement  du captif... Peut-être trop brusquement.

Il se réveilla dans un sursaut tel que je l'imitai dans la seconde, agitant mes mains dont celle tenant le couteau.
« Chut, calme-toi. Son regard était empli d'une haine que je comprenais que trop bien, je doutai un instant de sa capacité à comprendre ma langue et dans un élan que je souhaitais compatissant, je m'avançai vers lui afin de le libérer lorsque je pris sa nageoire en pleine face.
- Ne m'approche pas, humain. Sa voix était si glaciale que je m'en sentis soudainement retournés aux sources mes plus fondamentales. Je commençais tout de même à m'impatienter devant cette créature têtue.
- Je suis là pour t'aider... sifflais-je entre mes dents, craignant un nouveau coup de queue écaillée. Le voyant un tantinet plus enclin à m'écouter, je repris entre mes mains le couteau (que j'avais préalablement remis à ma ceinture en me relevant des suites de son attaque) et défis ses attaches en un mouvement bref, pas mécontent d'avoir musclé mes bras en mer. Mon interlocuteur était visiblement en peine et rampait de tout son long sur le plancher que je me voyais encore astiquer quelques heures auparavant. Il ne bougeait pas, me regardant ahuri. Saute maintenant ! Enfuis-toi avant qu'ils ne se réveillent ! »

Pour une raison inconnue, une partie de moi ne voulait pas qu'il m'écoute. Je voulais que ces yeux me regardent encore quelques instants. Il détourna son regard de moi, j'en déglutis d'un soulagement étrange tandis qu'il s'approchait du rebord, son corps athlétique face à moi. Si jusqu'à présent j'avais réussi à me montrer impassible face à cette créature, j'avais bien conscience de l'expression qu'avait prit mon visage tandis que nous échangions ce dernier regard, cet échange ultime.

« Quel est ton nom ? me demanda-t-il d'un sourire qui me glaça le sang.
- Dhörin... Dhörin Brynjolf...Icelandik." Je n'avais plus prononcé ce nom depuis des années, je sentis mes jambes se dérober sous moi mais je tenais bon, je ne voulais pas sembler faible face à cet être marin. Satanée chose qui me laissa sans un mot de plus, sans qu'à mon tour je ne connaisse son nom.

Je tombai sur mes genoux, les bras le long de mon buste. Fermant les yeux et savourant cette odeur d'iode que j'imaginais déjà perdue dès le réveil de l'équipage et du Capitaine. Je repensais à ses yeux bleus, cette voix. Je voulais le revoir, qu'il m'emmène... Non, ce n'était pas ça... En un élan vital, j'attrapai un seau de bois et de fer, y déversant mes entrailles tourmentées.

May we meet again:
 


Dernière édition par Dhörin B. Icelandik le Dim 2 Aoû - 14:31, édité 73 fois
Revenir en haut Aller en bas
Message
Mer 29 Juil - 20:39
avatar
The mind is everything.
The mind is everything.
ARRIVÉE A GLASSCITY : 19/07/2015
PARCHEMINS : 66
RESIDENCE : A ce jour, Raidan a élu domicile au sein de Bramblesland. C'est un endroit qui lui convient puisqu'il a réussi à s'y faire une place. Sa contrée d'origine ne lui manque absolument pas puisqu'il l'a quittée alors qu'il était relativement jeune.
FONCTION : Il est conseiller politique, voix du peuple auprès des plus grands mais également sa propre voix. C'est à force de travail mais aussi et surtout de jeu et de manipulation qu'il a réussi à en être là où il en est.
HUMEUR : Il est d'une humeur plutôt instable depuis quelques temps, plus qu'à l'ordinaire disons et il maudit tant qu'il désire la cause de cette humeur instable.
| | Voir le profil de l'utilisateur
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN

J'ai une question essentielle et vitale : qui sont les maris N°1 à N°24 ? What a Face

Bienvenue dans le coin avec ce superbe personnage

Bon courage pour ta fiche !

Et tu regardes de bonnes séries toi c'est bien
Revenir en haut Aller en bas
Message
Mer 29 Juil - 21:04
Invité
| |
Invité
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN

ouh, seksy dornan, graou
tu as une liste de maris, avec le place itout? T'en a du courage
bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Message
Mer 29 Juil - 21:48
avatar
Vous satisfaire est notre priorité.
Vous satisfaire est notre priorité.
ARRIVÉE A GLASSCITY : 29/07/2015
PARCHEMINS : 236
RESIDENCE : Gravite entre la Baie des Pirates au Cursed Lair (un lieu où se mêlent plaisir de la chair et ivresse) et le bateau pirate dans lequel il a été enrôlé.
FONCTION : Simple matelot sur un bâtiment contrebandier au drapeau noir squelettique.
HUMEUR : Changeante mais toujours sensuelle pour Veerja.
| | Voir le profil de l'utilisateur
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN

Raidan Dunbroch-Starkey a écrit:
J'ai une question essentielle et vitale : qui sont les maris N°1 à N°24 ? What a Face

Bienvenue dans le coin avec ce superbe personnage

Bon courage pour ta fiche !

Et tu regardes de bonnes séries toi c'est bien

Merci beaucoup !
Bah faudrait que je fasse la liste des séries que je mate ET celle de mes maris :p ! Si tu as une soirée de dispo, haha ! What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Message
Mer 29 Juil - 21:49
avatar
Vous satisfaire est notre priorité.
Vous satisfaire est notre priorité.
ARRIVÉE A GLASSCITY : 29/07/2015
PARCHEMINS : 236
RESIDENCE : Gravite entre la Baie des Pirates au Cursed Lair (un lieu où se mêlent plaisir de la chair et ivresse) et le bateau pirate dans lequel il a été enrôlé.
FONCTION : Simple matelot sur un bâtiment contrebandier au drapeau noir squelettique.
HUMEUR : Changeante mais toujours sensuelle pour Veerja.
| | Voir le profil de l'utilisateur
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN

Athelstan Harcklay a écrit:
ouh, seksy dornan, graou
tu as une liste de maris, avec le place itout? T'en a du courage
bienvenue

Sebastian Stan, Sebastian Staaaaaaaan.... -coma vulvien-
Je te remercie ! Mouhahahaha !

(Une looooongue liste en effet !)
Revenir en haut Aller en bas
Message
Mer 29 Juil - 22:50
avatar
She doesn’t have to prove she’s dangerous. As a dragon, she’s a deadly threat.
She doesn’t have to prove she’s dangerous. As a dragon, she’s a deadly threat.
ARRIVÉE A GLASSCITY : 14/07/2015
PARCHEMINS : 448
RESIDENCE : Château de Dragoreth
FONCTION : Princesse, Duchesse douairière et Superviseur de la Ménagerie Royale
| | Voir le profil de l'utilisateur
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN

Welcome aboard, effectivement

Le pseudo de badass, déjà, ça s'est fait
En tout cas, t'as été un vilain garçon, c'est pas bien Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Message
Mer 29 Juil - 23:02
avatar
Vous satisfaire est notre priorité.
Vous satisfaire est notre priorité.
ARRIVÉE A GLASSCITY : 29/07/2015
PARCHEMINS : 236
RESIDENCE : Gravite entre la Baie des Pirates au Cursed Lair (un lieu où se mêlent plaisir de la chair et ivresse) et le bateau pirate dans lequel il a été enrôlé.
FONCTION : Simple matelot sur un bâtiment contrebandier au drapeau noir squelettique.
HUMEUR : Changeante mais toujours sensuelle pour Veerja.
| | Voir le profil de l'utilisateur
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN

Satyne L. Thornsfield a écrit:
Welcome aboard, effectivement

Le pseudo de badass, déjà, ça s'est fait
En tout cas, t'as été un vilain garçon, c'est pas bien Rolling Eyes

Il va falloir que tu me punisses ! Cool
Merci beaucoup ma magnifique merveilleuse nouvelle fiancée. (Ouais, je te tiens au courant quand même.)

+ En parcourant Tumblr j'ai vu je ne sais combien de montages Ruby/Graham, DESTINEE!
Revenir en haut Aller en bas
Message
Jeu 30 Juil - 0:35
avatar
Le pouvoir peut être amassé par les puissants, et volé à des innocents.
Le pouvoir peut être amassé par les puissants, et volé à des innocents.
ARRIVÉE A GLASSCITY : 08/03/2015
PARCHEMINS : 862
RESIDENCE : Bramblesland là est ta patrie et ta demeure, c'est depuis la capitale de Ravenswood que tu règnes, protégée et crainte derrière les remparts de ton château. Assise sur ton trône, tu t'éloignes rarement de la cour de Dragoreth.
FONCTION : Tête couronnée à la tête d'un royaume. Tu es née reine et le resteras quoi qu'il advienne, toi et ta fratrie avez tout pouvoir sur Bramblesland, royaume que vous avez façonné, sublimé et créé. Il ne peut survivre sans vous puisque vous êtes l'énergie qui le rend fort, puissant, remarquable, prédominant. Juge Suprême tu es la loi et l'ordre de ton royaume, rien n'échappe à ton regard hagard, les autorités locales étant sous tes ordres. Loin d'être la plus clémente des souveraines rares sont ceux qui ressortent hommes libres de ton tribunal, ta cruauté détruit tout sur son passage tout comme le feu de ton dragon brûle ses victimes. Tout ne sera que cendres sous ton courroux. Toi la reine des Ténèbres.
HUMEUR : Froideur extrême qui dissimule colère et cruauté. Dangereusement irritable.
| | Voir le profil de l'utilisateur
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN

DORNAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN
POURQUOI GAY C'EST TROP CRUEL
Tu pense pas aux pauvres femmes que nous sommes Arrow

Plus sérieusement, quel bon choix de scénar tu vas faire un heureux
Et puis je vois que tu as déjà bien entamé ta fiche
J'espère que tu te plairas sur LLTQ si tu as la moindre question n'hésite pas
Tu as sept jours pour terminer ta fiche

Par ailleurs, je fantasme aussi sur les messieurs des séries/pubs/films rassure toi on est tous des pervers sur ce forum surtout sur la Cb où ça parle de coucheries H24 mis à part ça on est mignons tu verras

Bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
Message
Jeu 30 Juil - 10:39
avatar
Vous satisfaire est notre priorité.
Vous satisfaire est notre priorité.
ARRIVÉE A GLASSCITY : 29/07/2015
PARCHEMINS : 236
RESIDENCE : Gravite entre la Baie des Pirates au Cursed Lair (un lieu où se mêlent plaisir de la chair et ivresse) et le bateau pirate dans lequel il a été enrôlé.
FONCTION : Simple matelot sur un bâtiment contrebandier au drapeau noir squelettique.
HUMEUR : Changeante mais toujours sensuelle pour Veerja.
| | Voir le profil de l'utilisateur
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN

Vassilissa M. Thornsfield a écrit:
DORNAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN
POURQUOI GAY C'EST TROP CRUEL
Tu pense pas aux pauvres femmes que nous sommes Arrow

Plus sérieusement, quel bon choix de scénar tu vas faire un heureux
Et puis je vois que tu as déjà bien entamé ta fiche
J'espère que tu te plairas sur LLTQ si tu as la moindre question n'hésite pas
Tu as sept jours pour terminer ta fiche

Par ailleurs, je fantasme aussi sur les messieurs des séries/pubs/films rassure toi on est tous des pervers sur ce forum surtout sur la Cb où ça parle de coucheries H24 mis à part ça on est mignons tu verras

Bienvenue parmi nous

Trop d'amuuuuuuur !

En fait, j'ai eu le coup de coeur pour ce personnage justement de par le lien qu'il a avec un homme MAIS il est plus hétérosexuel qu'autre chose :p ! Il a cette attirance pour cet homme, ces sentiments mais aura du mal à se les avouer !
Revenir en haut Aller en bas
Message
Jeu 30 Juil - 10:45
avatar
Nothing burns like the cold.
Nothing burns like the cold.
ARRIVÉE A GLASSCITY : 22/07/2015
PARCHEMINS : 157
FONCTION : le sang de la divine reine des neiges coule dans tes veines, un sang royal qui a fait de toi le roi des montagnes enneigées, le tsar de tout un pays et le dieu d'un peuple.
| | Voir le profil de l'utilisateur
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN

OHH UN COUSIN ! IL EST SEXY EN PLUS ! Il nous faudra donc un lien Bienvenue parmi-nous ! Je viendrais lire ta fiche du coup, bon courage pour l'écrire.

Par contre je te prierai de bien écrire le nom de ton dieu et roi Veux-tu Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Message
Jeu 30 Juil - 10:55
avatar
Vous satisfaire est notre priorité.
Vous satisfaire est notre priorité.
ARRIVÉE A GLASSCITY : 29/07/2015
PARCHEMINS : 236
RESIDENCE : Gravite entre la Baie des Pirates au Cursed Lair (un lieu où se mêlent plaisir de la chair et ivresse) et le bateau pirate dans lequel il a été enrôlé.
FONCTION : Simple matelot sur un bâtiment contrebandier au drapeau noir squelettique.
HUMEUR : Changeante mais toujours sensuelle pour Veerja.
| | Voir le profil de l'utilisateur
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN

Adalrik B. Icelandik a écrit:
OHH UN COUSIN ! IL EST SEXY EN PLUS ! Il nous faudra donc un lien Bienvenue parmi-nous ! Je viendrais lire ta fiche du coup, bon courage pour l'écrire.

Par contre je te prierai de bien écrire le nom de ton dieu et roi Veux-tu Arrow

Je comptais venir te voir en plus *-* !
Merci beaucoup !

Ah ? Je me suis gourée ? Mince ! Où ?

[EDIT] Je pense avoir trouvé/corrigé l'erreur !
Revenir en haut Aller en bas
Message
Jeu 30 Juil - 13:15
avatar
Hiding the tears in my eyes'cause boys don't cry
Hiding the tears in my eyes
'cause boys don't cry
ARRIVÉE A GLASSCITY : 10/07/2015
PARCHEMINS : 44
RESIDENCE : olyvar possède de petits appartements qui ont en son temps appartenu à son (arrière, arrière) grand-père, avant que ce dernier ne les cède à son père.
FONCTION : officiellement, il est mercenaire au service de la famille royale inactif depuis plusieurs années. Pour autant, il a depuis près d'une douzaine d'années reprit la tête de la maison close « Les parfums d'orient . »
HUMEUR : u.c.
| | Voir le profil de l'utilisateur
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN

bienvenue faudra qu'on se trouve un lien
Revenir en haut Aller en bas
Message
Jeu 30 Juil - 13:56
avatar
Nothing burns like the cold.
Nothing burns like the cold.
ARRIVÉE A GLASSCITY : 22/07/2015
PARCHEMINS : 157
FONCTION : le sang de la divine reine des neiges coule dans tes veines, un sang royal qui a fait de toi le roi des montagnes enneigées, le tsar de tout un pays et le dieu d'un peuple.
| | Voir le profil de l'utilisateur
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN

Et bien c'est quand tu veux Si tu as une idée ma boite mp est ouverte, si non, on verra ça quand ta fiche sera terminé.
Revenir en haut Aller en bas
Message
Jeu 30 Juil - 14:13
avatar
Only one God, his name is Death. Only one thing we say to Death : “Not today”.
Only one God, his name is Death. Only one thing we say to Death : “Not today”.
ARRIVÉE A GLASSCITY : 09/07/2015
PARCHEMINS : 128
RESIDENCE : Bramblesland, contrainte d'une vie renfermée, exilée de son pays natal, Väna supporte sa nouvelle demeure plus qu'elle ne la porte dans son propre coeur.
FONCTION : On la nomme Reine, pour elle, elle ne ressemble qu'à un pion avec lequel on joue. Elle voudrait pourtant faire entendre sa voix. Reine du grand Royaume de Bramlesland.
| | Voir le profil de l'utilisateur
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN

Haaaaan un autre Icelandik
Il nous faudra un lien aussi, d'ailleurs dommage que tu es tué tes frères et soeurs sinon je t'aurais proposé un lien fraternel . Mais ça risque de bloquer maintenant Arrow
En tout cas, je veux aussi savoir qui est le mari n°1 .
Bonne chance pour ta fiche en tout cas et je rejoins mes VDD femme, redeviens hétéro merde

comment on est beaux tous les deux en plus :
 
Revenir en haut Aller en bas
Message
Jeu 30 Juil - 15:58
avatar
I will take what is mine with fire and blood.
I will take what is mine with fire and blood.
ARRIVÉE A GLASSCITY : 21/06/2015
PARCHEMINS : 344
RESIDENCE : ☪ Umm Ash-shams ~ Camps Bedouins, loin du Palais, dans les dunes du désert.
FONCTION : ☪ Princesse... Tu tiens ton rôle à la perfection. En apparence. Tu es cette princesse exilée, loin de son trône et de sa couronne. Chassée loin de la capitale, ton titre devient obsolète. Cela ne devient qu'un surnom, sans pouvoir, ni poids. Tu passes tes journées isolées dans ta tente et ne peux sortir que sur autorisation de tes aînés. Tu n'exerces donc aucun métier, on t'arrache tout les rôles, toutes décisions, à ton plus grand damne, toi, femme d'ambition.
HUMEUR : ☪ Volcanique, souffle le chaud et le froid.
| | Voir le profil de l'utilisateur
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN

Ooooh mais que voilà Un joli minois
Bienvenuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuue
J'aime beaucoup le début de ta fiche donc bonne chance pour la suite

Puis JAMIIIIIIE
Un nouveau pirate à Sailorland en plus Faut que je sonne le clairon à mon frangin, il hiberne trop en ce moment, s'pèce de geek Arrow

Revenir en haut Aller en bas
Message
Jeu 30 Juil - 16:18
avatar
Vous satisfaire est notre priorité.
Vous satisfaire est notre priorité.
ARRIVÉE A GLASSCITY : 29/07/2015
PARCHEMINS : 236
RESIDENCE : Gravite entre la Baie des Pirates au Cursed Lair (un lieu où se mêlent plaisir de la chair et ivresse) et le bateau pirate dans lequel il a été enrôlé.
FONCTION : Simple matelot sur un bâtiment contrebandier au drapeau noir squelettique.
HUMEUR : Changeante mais toujours sensuelle pour Veerja.
| | Voir le profil de l'utilisateur
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN

Adalrik B. Icelandik a écrit:
Et bien c'est quand tu veux Si tu as une idée ma boite mp est ouverte, si non, on verra ça quand ta fiche sera terminé.

J'prends note le couz' !
J'bosse sur ma fiche cet après-midi, donc tu auras très vite de mes nouvelles!
Revenir en haut Aller en bas
Message
Jeu 30 Juil - 16:20
avatar
Vous satisfaire est notre priorité.
Vous satisfaire est notre priorité.
ARRIVÉE A GLASSCITY : 29/07/2015
PARCHEMINS : 236
RESIDENCE : Gravite entre la Baie des Pirates au Cursed Lair (un lieu où se mêlent plaisir de la chair et ivresse) et le bateau pirate dans lequel il a été enrôlé.
FONCTION : Simple matelot sur un bâtiment contrebandier au drapeau noir squelettique.
HUMEUR : Changeante mais toujours sensuelle pour Veerja.
| | Voir le profil de l'utilisateur
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN

Zohra Al-Sakhri a écrit:
Ooooh mais que voilà Un joli minois
Bienvenuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuue
J'aime beaucoup le début de ta fiche donc bonne chance pour la suite

Puis JAMIIIIIIE
Un nouveau pirate à Sailorland en plus Faut que je sonne le clairon à mon frangin, il hiberne trop en ce moment, s'pèce de geek Arrow


On en parle de ton avatar qui fait éclater les slips ?
Merci beaucoup ! Je suis contente que le peu en ligne te plaise déjà ! Je suis rassurée !

Jamie c'est la vie. Mais Jamie tout nu c'est carrément plus que ça.......
Revenir en haut Aller en bas
Message
Jeu 30 Juil - 16:20
avatar
Vous satisfaire est notre priorité.
Vous satisfaire est notre priorité.
ARRIVÉE A GLASSCITY : 29/07/2015
PARCHEMINS : 236
RESIDENCE : Gravite entre la Baie des Pirates au Cursed Lair (un lieu où se mêlent plaisir de la chair et ivresse) et le bateau pirate dans lequel il a été enrôlé.
FONCTION : Simple matelot sur un bâtiment contrebandier au drapeau noir squelettique.
HUMEUR : Changeante mais toujours sensuelle pour Veerja.
| | Voir le profil de l'utilisateur
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN

Olyvar Q'ohor a écrit:
bienvenue faudra qu'on se trouve un lien

Ah bah ouais, carrément ! MAIS CARREMENT !
-orgasme martellien-
Revenir en haut Aller en bas
Message
Jeu 30 Juil - 16:24
avatar
Vous satisfaire est notre priorité.
Vous satisfaire est notre priorité.
ARRIVÉE A GLASSCITY : 29/07/2015
PARCHEMINS : 236
RESIDENCE : Gravite entre la Baie des Pirates au Cursed Lair (un lieu où se mêlent plaisir de la chair et ivresse) et le bateau pirate dans lequel il a été enrôlé.
FONCTION : Simple matelot sur un bâtiment contrebandier au drapeau noir squelettique.
HUMEUR : Changeante mais toujours sensuelle pour Veerja.
| | Voir le profil de l'utilisateur
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN

Väna S. Den Ulvsnø a écrit:
Haaaaan un autre Icelandik
Il nous faudra un lien aussi, d'ailleurs dommage que tu es tué tes frères et soeurs sinon je t'aurais proposé un lien fraternel . Mais ça risque de bloquer maintenant Arrow
En tout cas, je veux aussi savoir qui est le mari n°1 .
Bonne chance pour ta fiche en tout cas et je rejoins mes VDD femme, redeviens hétéro merde

comment on est beaux tous les deux en plus
 

Tu m'prends par les sentiments là. Mais atrocement. Genre Emilia quoi. (j'suis pas dans la ***** avec tous ces feels!) héhé !
T'en fais pas, on trouvera de quoi se frapper la tête sur le clavier d'excitation, !

Le mari numéro 1 est Tyler Hoechlin ! Longue histoire ! Haha ! Je compatis, un Jamie Dornan bisexuel c'est pas évident à supporter ! Moi-même j'ai du mal à écrire sur lui sans tomber enceinte..... :DDDDDDD !
Revenir en haut Aller en bas
Message
Jeu 30 Juil - 16:28
avatar
fire in my veins, darkness in my heart
fire in my veins, darkness in my heart
ARRIVÉE A GLASSCITY : 09/07/2015
PARCHEMINS : 602
FONCTION : Tu es celui qui voyage pour régler les problèmes intercontinentaux. Ton charisme naturel et ta facilité pour la séduction font de toi le prétendant idéal pour les négociations et les dissensions politiques. Grand Amiral de la flotte royale, tu navigues très fréquemment vers d'autres horizons, et c'est un poste que tu n'échangerais contre aucun autre.
| | Voir le profil de l'utilisateur
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN

bienvenue à toi jeune homme, quel succès y en a un qui va faire des jalouses
Vâna t'es mariée à mon frère alors tu calmes tes hormones
Revenir en haut Aller en bas
Message
Jeu 30 Juil - 16:34
avatar
Vous satisfaire est notre priorité.
Vous satisfaire est notre priorité.
ARRIVÉE A GLASSCITY : 29/07/2015
PARCHEMINS : 236
RESIDENCE : Gravite entre la Baie des Pirates au Cursed Lair (un lieu où se mêlent plaisir de la chair et ivresse) et le bateau pirate dans lequel il a été enrôlé.
FONCTION : Simple matelot sur un bâtiment contrebandier au drapeau noir squelettique.
HUMEUR : Changeante mais toujours sensuelle pour Veerja.
| | Voir le profil de l'utilisateur
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN

Soazic N. Thornsfield a écrit:
bienvenue à toi jeune homme, quel succès y en a un qui va faire des jalouses
Vâna t'es mariée à mon frère alors tu calmes tes hormones

Ouais, je vois pas de qui tu parles !

Merci ô toi dont l'avatar me rend toute ajdbnzbnfzej.
Revenir en haut Aller en bas
Message
Jeu 30 Juil - 22:45
avatar
Only one God, his name is Death. Only one thing we say to Death : “Not today”.
Only one God, his name is Death. Only one thing we say to Death : “Not today”.
ARRIVÉE A GLASSCITY : 09/07/2015
PARCHEMINS : 128
RESIDENCE : Bramblesland, contrainte d'une vie renfermée, exilée de son pays natal, Väna supporte sa nouvelle demeure plus qu'elle ne la porte dans son propre coeur.
FONCTION : On la nomme Reine, pour elle, elle ne ressemble qu'à un pion avec lequel on joue. Elle voudrait pourtant faire entendre sa voix. Reine du grand Royaume de Bramlesland.
| | Voir le profil de l'utilisateur
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN

Le prince des mers, retournes chasser tes sirènes What a Face

Han mais ouais, un lien du tonnerre je veux lire ta fiche en tout cas, je suis ça de près !
. Si je tombais enceinte à chaque fois que je choisissais un avatar masculin je serais déjà arrière grand mère

Oh Tyler est pas mal . Je reviendrais vers toi, quand j'aurais fais du tri dans tous les beaux mecs qui se bousculent dans ma tête Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Message
Ven 31 Juil - 10:00
avatar
Vous satisfaire est notre priorité.
Vous satisfaire est notre priorité.
ARRIVÉE A GLASSCITY : 29/07/2015
PARCHEMINS : 236
RESIDENCE : Gravite entre la Baie des Pirates au Cursed Lair (un lieu où se mêlent plaisir de la chair et ivresse) et le bateau pirate dans lequel il a été enrôlé.
FONCTION : Simple matelot sur un bâtiment contrebandier au drapeau noir squelettique.
HUMEUR : Changeante mais toujours sensuelle pour Veerja.
| | Voir le profil de l'utilisateur
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN

Väna S. Den Ulvsnø a écrit:
Le prince des mers, retournes chasser tes sirènes What a Face

Han mais ouais, un lien du tonnerre je veux lire ta fiche en tout cas, je suis ça de près !
. Si je tombais enceinte à chaque fois que je choisissais un avatar masculin je serais déjà arrière grand mère

Oh Tyler est pas mal . Je reviendrais vers toi, quand j'aurais fais du tri dans tous les beaux mecs qui se bousculent dans ma tête Arrow

Oh yeah, bah écoute dès que j'aurai fini je viens vers toi avec plaisir !
Par contre, je n'accepte pas : "Je reviendrais vers toi, quand j'aurais fais du tri dans tous les beaux mecs qui se bousculent dans ma tête..." JE SUIS LE SEUL DANS TA TÊTE OK ?

Revenir en haut Aller en bas
Message
Sam 1 Aoû - 10:10
avatar
“Du combat, seuls les lâches s'écartent.”
“Du combat, seuls les lâches s'écartent.”
ARRIVÉE A GLASSCITY : 09/07/2015
PARCHEMINS : 139
RESIDENCE : AU PALAIS DES MIRAGES à AGRABAH ville trépidante et pleine de vie
FONCTION : CHEF DE LE GARDE SULTANE × Son rôle est de protéger le sultan et sa famille. c'est d'autant plus facile pour lui vu que sa famille est son bien le plus précieux et qu'il excelle dans l'art du combat. Qui oserait s'en prendre aux Al-Naaqa perdrait la vie irrémédiablement.
HUMEUR : SAUVAGE ET SOLITAIRE
| | Voir le profil de l'utilisateur
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN

bienvenue =)
Revenir en haut Aller en bas
Message
| |
Contenu sponsorisé
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN

Revenir en haut Aller en bas
 

DHÖRIN [~ HOT] Welcome Aboard ~ De la cour hivernale à l'esquif contrebandier.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Juré en Cour d'Assise
» Ballet de cour
» cour de lutherie (Cégep du vieux Montreal)
» JOHNNY, A LA COUR DU ROI
» JOHNNY, A LA COUR DU ROI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LONG LIVE THE QUEEN :: présentations-